ALILA

Film en hommage à RONIT ELKABETZ

ALILA – 2003

Amos Gitaï – 2 h – D’après le roman de Yehoshua Kenaz

Ronit Elkabetz Amos Lavi, Yaël Abecassis, Uri Klauzner

La vie du vieux Schwarz s’écoule paisiblement dans son immeuble situé à la frontière entre Tel-Aviv et Jaffa, entre ses voisins Aviram, Mali et la jeune Philippine Linda qui s’occupe de lui. Mais l’arrivée de nouveaux voisins qui agrandissent leur appartement sans permis et la présence d’un homme et de sa maîtresse viennent troubler la quiétude des lieux.

 

Après trois films questionnant le passé d’Israël, Amos Gitai revient au présent : l’action d’Alila se situe aujourd’hui à Tel-Aviv, cité bigarrée, pagailleuse, personnage principal du récit. Alila est une histoire d’espace et de promiscuité. Dans un immeuble du sud de Tel-Aviv coexistent une dizaine de personnages. Voici donc un rescapé de la Shoah, sa domestique philippine, des Chinois qui bossent au noir, un couple adultère, un entrepreneur dont le fils vient de déserter et que sa femme a quitté pour prendre un jeune amant… La frustration permanente des uns et des autres, vue à travers des saynètes tour à tour cocasses ou plus dramatiques, est-elle structurelle, liée au lieu, à la ville pluriethnique, à l’Etat d’Israël (A.F.)