Réalisé par Yuval ADLER

Ophirs (Oscars israéliens) 2013 : Six récompenses dont meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario

. Il a également remporté le Grand Prix Venice Days et est présélectionné en 2013 pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Bethlhéem, Cisjordannie, au sud de Jérusalem.

Sanfur, un jeune palestinien vit dans l’ombre de son frère Ibrahim un terroriste à la tête d’un réseau influent. Razi, un agent des services secrets israëliens, le Shin Beth, qui recrute des informateurs dans les territoires occupés s’en fait un allié, lui offrant ce qui manque à sa vie, l’estime et la bienveillance d’un père. Tentant d’assurer son rôle tout en restant loyal envers son frère, Sanfur navigue comme il peut d’un camp à un autre, commettant des impairs.
Les services secrets découvrent qu’il participe aux activités de son frère, plongeant Razi dans un profond dilemme : doit-il donner une seconde chance à son indic ou obéir aux ordres ?

BANDE ANNONCE : https://www.youtube.com/watch?v=3Kgp0u6PIU0

 

Réalisateur

Yuval ADLER

Scénario

Ali WAKED et Yuval ADLER

 

 

 

Bethléem est la première réalisation de Yuval Adler et fut tourné avec un casting fortuitement composé d’acteurs non professionnels : un travail de longue haleine puisqu’il fallut plusieurs années à Adler et Ali Waked pour réunir toutes les informations pertinentes, du côté israélien comme palestinien. Ils ont pour ce faire rencontré de vrais militants du Hamas et des Brigades d’Al-Aqsa et ont recueilli nombre de témoignages de réels informateurs et agents secrets des deux bords. Il s’agit par ailleurs du premier scénario que rédige Waked, journaliste pour le site Ynet en temps normal.

Ali Waked est Palestinien et a longtemps travaillé avec le journal Al Arabiya. Il se fait vite connaître du public israélien puisque dès 2002, il est contacté par plusieurs réalisateurs locaux pour divers projets. Il faudra attendre 2007 et sa rencontre avec Yuval Adler pour qu’il se décide à écrire un scénario. Son expérience sur le terrain lui permet d’être au plus près de l’intrigue du film. Yuval Adler avait quant à lui écrit un court-métrage, « Seduction », avant de passer à la réalisation longue, sur un jeune serrurier qui, poussé au meurtre, passe de la peur d’être pris à l’horreur de ne pas l’être. Sorti en 2006, il revient comme Bethléem sur l’écartèlement que peut ressentir un personnage pris entre deux sentiments. Il possède également un doctorat de philosophie de l’université de Columbia.

http://www.humanite.fr/cinema-quand-bethleem-trouve-enfin-ses-rois-mages

ARTICLE D’ARTE JOURNAL et interview de Yuval ADLER

http://www.arte.tv/fr/cinema-le-bethleem-de-yuval-adler-fait-polemique/7798734,CmC=7798686.html

 

WIKIPEDIA sur le film http://fr.wikipedia.org/wiki/Bethl%C3%A9em_(film)

 

Secrets de tournage

Yuval Adler est d’ores et déjà en train de travailler sur une prochaine réalisation dont on sait juste qu’elle ne touchera pas au conflit israélo-palestinien et qu’elle sera au moins aussi mémorable que Bethléem, selon les termes du réalisateur. Il est cependant encore trop tôt pour statuer sur un scénario possible, mais il est certain qu’Adler reprendra comme thème sous-jacent la lutte de l’homme face à des situations extrêmes. Quant à Bethléem, il est actuellement utilisé par les services secrets israéliens pour donner à leurs potentielles recrues un aperçu de ce vers quoi elles pourraient s’engager.

 

Des membres de la famille d’Ali Waked, ainsi que lui-même, ont un petit rôle dans le film. Ce dernier joue son propre rôle de journaliste alors que sa femme apparaît comme une personnalité de la radio. Comme beaucoup d’autres acteurs du film, ils n’avaient aucune expérience d’actorat avant de jouer pour Adler.

 

Tsahi  Halevi, qui joue Razi, est un chanteur-compositeur qui n’avait jamais joué devant une caméra avant Bethléem. Il obtient malgré tout un Ophir du Meilleur Acteur dans un second rôle lors des Ophirs du Cinéma en Israël. Quant à Hitham Omari, il est à l’origine photographe et caméraman pour Al-Arabiya et incarne dans le film Badawi, le second d’Ibrahim. Hisham Suliman (Ibrahim) et Shadi Marei (Sanfur) viennent de leur côté d’une petite troupe théâtrale, la compagnie de Nazareth et possèdent une certaine expérience de jeu.