EWA

 

un film de Haim Tabakman (2016)

Avec son second long métrage, après le magnifique « Tu n’aimeras point » sélectionné au Certain Regard du festival de Cannes en 2009, Haim Tabakman confirme une signature cinématographique de l’intime, digne héritière des films classiques d’Europe de l’Est.

L’action se déroule dans les années 70, dans un « moshav » (village coopératif).Yoel et Ewa sont mariés depuis des années et parents de deux grands enfants. Ewa est polonaise, rescapée de la Shoah et souffre d’une maladie cardiaque. Yoel a vendu son entreprise pour se dévouer entièrement à sa femme. Un jour, Ewa lui demande de remettre de l’ordre dans leur vieux cabanon. Il y découvre une lettre de la banque concernant l’achat d’un appartement dont il n’a jamais entendu parler. La signature d’Ewa est apposée sur les documents d’achat. Yoel décide de se rendre sur place et découvre qu’un homme vit dans cet appartement, auquel sa femme rend visite et apporte des courses…

Ce film sensible est servi par d’excellentes performances d’acteurs, dont celle, remarquable, d’Avi Kushnir, très grand acteur de cinéma, de théâtre et de télévision  (« Alex Hole Ahava » 1986 ; « Zehu Ze » 1988-1998 ; « Ha Israelim » 2007, Maitre de cérémonie des oscars israéliens), dont c’est l’un des rares rôles dramatiques à l’écran. Efrat-Ben Tzur, qui interprète Ewa, rappelle à de nombreux égards l’immense Ronit Elkabetz, qui aurait excellé dans le rôle de cet archétype fémimin aimé par deux hommes, symbole de l’amour et du don de soi inconditionnels, de la beauté éphémère de la vie, de la souffrance silencieuse… Ce n’est certainement pas par hasard qu’elle se prénomme « Ewa », le polonais pour « Eve ».

Ce film est à la fois très ancré dans la réalité israélienne, celle de l’après Shoah et des villages communautaires des pionniers du pays, et en même temps très universel par son caractère intimiste. La situation dans laquelle se retrouvent malgré eux les trois personnages n’a pas existé qu’en Israël et a pu se produire après n’importe quelle guerre dans n’importe quel pays. C’est un film sur la réparation, des coeurs, des corps et des vies. Et qui dit qu’elle est possible, contre toute attente, grâce à l’amour.

Une co-production Israël-France-Pologne-Allemagne, avec Avi Kushnir (Yoel) , Efrat-Ben Tzur (Ewa) , Gil Frank (Emile)