MES PLUS BELLES ANNEES – Lost islands

Film primé par le jury des lycéens en octobre 2013

 

 

Mes plus belles années

1980,une petite ville en Israël.

La famille Lévy composée de huit personnes est heureuse, haute en couleurs et bruyante. Le père, entrepreneur de métier, est obsédé par son jardin où il cultive des cactus. Il rabâche continuellement à ses enfants qu’il est important de respecter ses rêves . Pour lui, une personne sans un rêve, est une personne morte. La mère s’affaire autour des casseroles et enseigne à ses enfants un principe important :  la loyauté familiale. Les membres de la famille doivent se protéger,  les uns les autres, à tout prix.
Cet idéal de vie est brisé lorsque les frères jumeaux tombent amoureux  d’une fille nouvellement arrivée en ville. Erez, découvre qu’il est difficile de rester dans la loyauté familiale si on veut poursuivre  ses rêves personnels.
Erez et son nouvel amour découvrent, par hasard, un secret de famille qui change la vie de tout le monde …

BANDE ANNONCE : http://www.youtube.com/watch?v=BRz7YXNa7t4

Avec Michael Moshonov, Oshri Cohen, Orly Silbersatz Banai,

Réalisé par Reshef LEVY

 

Reshef Levy est  réalisateur pour le cinéma et la télévision, auteur de théâtre, artiste comique et satirique. Il a écrit la série de télévision Case Closed et réalisé le filmColumbian Love qui furent très populaires en Israel. En 2008, il réalise Mes plus belles années.


INTERVIEW

Le titre original du film est « Lost Islands ». Quelle est sa signification ?
D’abord, lorsque j’étais jeune, il n’y avait qu’une chaîne de télévision en Israël. Chaque été, elle diffusait une série australienne, Lost Islands. C’est donc une référence à mon enfance. Ensuite, les personnages de mon film sont comme des « lost islands », des îles perdues. Ils ne sont pas réellement connectés les uns aux autres. 

Vous vous êtes donc clairement inspiré de votre famille pour faire ce film…
Mes Plus Belles Années est presque entièrement autobiographique. J’ai grandi au sein d’une famille nombreuse. Mes parents étaient comme dans le film. Mon père nous répétait sans cesse qu’il fallait nous battre pour réaliser nos rêves. Quant à ma mère, elle se faisait sans arrêt du souci pour nous. Et il y a aussi la musique, les fêtes et les relations amoureuses qui ont fait partie de ma jeunesse. Ce film et mon adolescence sont très similaires même si tout n’est pas identique. C’est tout de même du cinéma…

Pourquoi pensez-vous que ce film a eu un si grand succès en Israël ?
Ce film évoque des choses très personnelles sur ma vie, ma famille, mes peurs et les bons et mauvais moments que j’ai vécus. Les choses les plus intimes de la vie attirent les gens parce qu’ils ont les mêmes problèmes et peuvent s’identifier aux personnages… En outre, Mes Plus Belles Années met en scène une famille israélienne dans les années 80 sur fond de quelques bons standards musicaux de l’époque. La meilleure façon de rendre les spectateurs nostalgiques ! 

Mes plus belles années évoque aussi la guerre au Liban. Pensez-vous que politique et cinéma soient intimement liés ?
La politique fait partie de nos vies. Alors faire un film sur la vie, c’est aussi parler de politique. En outre, la politique occupe une grande place dans la société. Il était donc normal que j’en fasse un des angles du film.

Le film alterne moments comiques et moments tragiques…
Les comédies tournent parfois autour de catastrophes. J’ai essayé de créer des moments comiques et des moments tragiques pour que le spectateur puisse passer du rire aux larmes. De plus, chaque fois qu’il y a une scène comique dans le film, il y a quelque chose de triste derrière. Et vice versa. Comme dans la vie. J’ai l’intention de réaliser prochainement un film politique. Il mettrait en scène un reporter qui couvrirait le conflit israélo-palestinien. J’en ferai une tragi-comédie. J’aime les films qui me font rire et pleurer.

Quel message vouliez-vous faire passer à travers ce film ?
Lorsqu’on finit un film, on se demande : « qu’est-ce que j’ai voulu dire ? ». C’est de cette façon qu’on découvre son véritable propos. Ce film parle de loyauté, de trahison et des rêves que l’on veut réaliser. Parfois, il faut trahir ses amis ou sa famille pour voir ses rêves se réaliser. Je ne voyais pas les choses de cette façon avant de faire ce film. Mais c’est ce qu’il m’a appris sur moi-même. Je ne dis pas qu’il faut trahir sa famille, je dis juste que parfois, on peut avoir à trahir les siens pour réaliser ses rêves.