UNE SEMAINE ET UN JOUR

AVANT-PREMIERE MARDI 4 OCTOBRE

en présence de Shai AVIVI

2016 – Réalisé par Asaph Polonsky – 1h38

Shai Avivi, Evgenia Dodina, Tomer Kapon

 


À la fin du Shiv’ah*  (les 7 jours de deuil dans la tradition juive), l’existence doit reprendre son cours. Tandis que Vicky, sa femme, se réfugie dans les obligations du quotidien, Eyal, lui, décide de lâcher prise… Avec un ami de son fils défunt, il partage un moment de liberté salvateur et poétique, pour mieux renouer avec les vivants…

 

Shiv’ah*

C’est la semaine de deuil qui suit les funérailles du défunt. Sept jours pendant lesquels les parents et les amis se relaient continuellement auprès de la famille endeuillée pour la soutenir et la réconforter. Shiva’h s’achève le matin du 7eme jour. Pendant cette période, les personnes en deuil ne travaillent pas, et la plupart du temps, restent chez elles. C’est comme une parenthèse, une interruption de vie, pour surmonter sa douleur et se souvenir.

« Le Shiv’ah est un moment fascinant, un moment de soutien aux proches endeuillés et, théoriquement, de solidarité. Mais ce qui m’intéresse le plus, c’est la fin de cette étrange parenthèse : ce qui se passe quand l’existence, ses obligations et sa routine reprennent leurs droits, et que le principe de réalité surgit brutalement » Asaph Polonsky

BANDE ANNONCE : player_gen_cmedia=19562663&cfilm=246772.html

Interview Asaph Polonsky (extraits)

« Tandis qu’elle tente de se raccrocher à son quotidien, lui décide de lâcher totalement prise, de s’abandonner au vide insensé que son fils a laissé et qui va lui permettre de retrouver une forme de légèreté et d’apaisement… J’avais envie de montrer l’absurdité de la situation avec humour, de poser un regard lumineux et vivant sur une histoire triste. Pour faire plus simple, j’aime passer du rire aux larmes, alors j’ai essayé de réunir les deux. »

 

« Les 2 comédiens ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, mais l’alchimie entre eux a été incroyable et immédiate, comme celle d’un couple soudé qui aurait tout partagé depuis des années…Leur façon d’appréhender le film et de travailler leur rôle respectif étaient si différentes que je n’ai pas voulu interférer. Et finalement c’est cela qui crée cette dynamique et cette force entre eux. La confrontation de leur deux univers apporte au film son humour et son ton particulier. La façon de gérer la dimension humoristique du film a été de ne pas en tenir compte. Les comédiens n’ont pas essayé d’être drôles, ils ont juste fait en sorte d’être sincères et de rendre la vérité du moment présent. Je me demande s’ils avaient même conscience de jouer dans une comédie. »

 

One Week and a Day est le premier long métrage réalisé par Asaph Polonsky, après trois courts métrages. Il a été présenté en compétition à la Semaine Internationale de la Critique du Festival de Cannes.

Critiques

Pour son premier long-métrage, le réalisateur israélo-américain Asaph Polonsky cherche la difficulté, et la difficulté lui va bien. Le Monde

Un projet ambitieux mais maîtrisé. Télérama

Voilà une petite merveille, un film plein d’humour et d’amour.

Récompenses

Prix Fondation Gan à la Diffusion dans le cadre de la Semaine de la Critique 2016.
Le Prix a été attribué à Sophie Dulac Distribution, distributeur français du film.

« Si la comédie, on le sait, peut-être un remède face aux douleurs du monde, ce film en est la preuve vivante. Il renoue avec les vertus apaisantes d’un rire généreux, d’un rire qui ne se fait jamais au détriment des personnages mais se partage avec eux, d’un rire mélancolique, noir, incorrect et qui est porté par une interprétation remarquable ». (La Fondation Gan pour le Cinéma)